Les gamers sont les plus à l'aise avec la VR

Category: 
Les gamers sont les plus à l'aise avec la VR
15 Septembre, 2016

La présence et la conscience spatiale sont de loin les points les plus importants dans tout type d'expérience en VR, mais une étude réalisée par le Dr Matthew Coxon de la St John University de York, s'est concentrée sur ces deux facteurs, la présence et la conscience, et s'est demandé si oui ou non les deux choses étaient directement corrélées. Cela en soi augmenterait énormément la qualité du développement VR.

Qu'en est-il donc des résultats de cette étude ? Pour les 50 participants qui se sont portés volontaires pour participer à cette étude « On a calculé des corrélations partielles, entre les mesures des résultats et les mesures de la capacité de contrôle spatial, selon l'âge et la fréquence habituelle de jeu. " Ce que cela signifie est que, comme cela a été souligné dans la section commentaires de cette étude, les interprétations subjectives et individuelles ainsi que la capacité à comprendre ce que nous sommes en train de voir et de vivre pourrait en partie expliquer la variation du ressenti de présence spatiale dans la VR.

Prenons un peu de recul et regardons comment Coxon est parvenu à ce vague mais intéressant résultat. Avant d'immerger les participants dans la VR, ceux-ci ont dû passer un test visant à mesurer leur prise de conscience spatiale.Ils devaient associer des formes et images similaires, puis, ils ont été immergés dans la VR pour analyser la façon dont ils ont réagi dans certains scénarios fortement tributaires de leur conscience spatiale dans le monde numérique. «Le but était d'intéresser le participant avec une tâche nécessitant une attention accrue en exigeant d'eux une navigation active dans l'environnement.» Les participants devaient embarquer et voyager dans un train, ainsi qu'agir dans un environnement urbain.

Cependant, si les tests précédents ont donné des résultats, c'est seulement parce que cela a été personnalisé pour chaque participant : " Jusqu'à présent, les données disponibles ont fait état d'une relation entre la présence spatiale et les auto-évaluations de l'imagerie, mais jamais avec des tests plus objectifs . " Ce que cela signifie est que les développeurs ne peuvent pas définir de formule particulière pour créer l'expérience la plus immersive. L'expérience dépend totalement de l'utilisateur et de sa capacité à se laisser immerger dans le jeu.

Alors, quelles conclusions tirer de cette étude ?

Comme mentionné précédemment, cette connaissance pourrait avoir un impact énorme sur la qualité du jeu, mais le fait que les plus grands jeux vidéo attireront les joueurs les plus réguliers, cela va inévitablement permettre aux joueurs de se sentir plus présents, si l'on tient compte de la vision de Coxon concernant la capacité d'adaptation à la conscience spatiale en VR. Cela peut signifier que, pour les titres VR les plus simples, la présence ne sera pas aussi facilement atteinte, non pas à cause de la qualité du titre, mais du niveau d'expérience du joueur.

A voir aussi

VRrOOm Wechat