La VR comme dispositif d'empathie

Category: 
La VR comme dispositif d'empathie
21 Septembre, 2016
Situations de guerre, conflits, maladies mentales… aujourd’hui nul besoin de se rendre à l’autre bout du monde pour comprendre l’autre et ce qu’il vit. Il suffit de se transposer dans le virtuel et tout simplement vivre, ressentir…

La plupart des enfants emprisonnés aux Etats-Unis ont en général un de leur parent incarcéré. Difficile pour les personnes extérieures à ce genre de situations de comprendre ce qui peut se passer dans la tête de ces jeunes adolescents et de comprendre la violence qui sommeille en eux. Littérature, films, documentaires, sont sortis sur le sujet, pour autant le lecteur et le spectateur ne peuvent jamais réellement réduire les distances sociales. Aujourd’hui, un média le permet : la réalité virtuelle. L’utilisateur peut désormais s’immerger au cœur d’une atmosphère, se tenir à côté du sujet, voire même l’incarner. Un outil de plus en plus utilisé, car en réduisant les frontières, seule l’empathie peut émerger.
 
C’est en ce sens que Van Jones et le réalisateur Jamie Wong ont lancéPROJECT EMPATHY : une série de petit film à vivre en immersion virtuelle. Le premier de la série se nommé LEFT BEHIND: il suit le parcours d’une jeune fille qui à 8 huit ans a vu sa mère se faire emprisonner, puis a été placée en famille d’accueil pour enfin finir en prison. L’utilisateur incarne cette jeune fille.

A voir aussi

VRrOOm Wechat