La Réalité Virtuelle pourrait aider à détecter la maladie de Parkinson

Category: 
La Réalité Virtuelle pourrait aider à détecter la maladie de Parkinson
05 Septembre, 2016
La réalité virtuelle est souvent présentée comme l'avenir du divertissement, mais une équipe de chercheurs en médecine croient que cela pourrait être à l'avenir un outil de diagnostic des maladies neurodégénératives, comme la sclérose en plaques et la maladie de Parkinson.

Les scientifiques de l'Université Polytechnique de Tomsk et de l'Université de Médecine de l'Etat de Sibérie, toutes deux en Russie, travaillent à la construction d'un système de diagnostic de ces maladies à l'aide de la réalité virtuelle.

«Notre sens de l'équilibre et des mouvements sont la responsabilité d'un certain nombre de systèmes», a expliqué Ivan Tolmachov, un membre de l'équipe travaillant sur le projet. «Tous ces systèmes coordonnés fonctionnent automatiquement. Ils faiblissent si une personne développe, par exemple, la maladie de Parkinson."

Actuellement, le diagnostic précoce de ces conditions est réalisé en utilisant une évaluation visuelle dans la plupart des régions de la Russie. La technologie de scan du cerveau, nécessaire pour confirmer le diagnostic, n'est disponible que dans quelques villes seulement. Le système VR en cours de construction serait abordable financièrement et facile à déployer à travers le pays.

Dans leur prototype actuel, le candidat est immergé dans un environnement virtuel et on lui demande d'effectuer des tests fonctionnels basiques. Les chercheurs peuvent alors modifier les paramètres de l'environnement et enregistrer les changements dans la façon dont la personne se déplace.

Une personne en bonne santé peut rapidement s'adapter à ces changements, mais une personne souffrant d' un trouble neurodégénératif ne peut pas s'adapter si rapidement et perd l'équilibre. Dans les essais réalisés sur 50 volontaires, les chercheurs ont été en mesure de dire à quel point une personne diffère d'une base «saine», mais ils avertissent que ce n'est pas encore suffisant pour établir un diagnostic.

Pour qu'on puisse arriver à poser un diagnostic sûr, dit l'équipe, cela nécessitera encore un an environ. Ensuite, le système devra passer et réussir des essais cliniques avant d'obtenir la certification. Mais le groupe a de grandes ambitions pour sa création.

Ivan Tolmachov a déclaré : « Dans l'avenir, le système sera utilisé non seulement pour le diagnostic de la maladie, mais aussi pour la réhabilitation des patients. "

A voir aussi

VRrOOm Wechat