Découvrez la preview de Robinson: The Journey

Category: 
Découvrez la preview de Robinson: The Journey
17 Septembre, 2016
Un puzzle Survival

Dans Robinson The Journey vous incarnerez … Robinson, un enfant d’une douzaine d’année dont la station spatiale Esmeralda s’est écrasée sur une planète encore au stade de l’ère jurassique. Vous débuterez votre aventure dans votre capsule de survie, aidé de deux compagnons, HIGS un robot rappelant Wheatley dePortal 2, et d’un bébé dino que vous pourrez dresser et avec laquelle (oui c’est une femelle) vous pourrez jouer à cache-cache.
Si Robinson The Journey est présenté comme un jeu d’aventure, il semblerait plus se rapprocher d’un puzzle game. Nous avons joué les 25/30 premières minutes, donc autant dire le tutoriel/introduction du jeu durant lequel nous avons reconstitué un épouvantail (pour faire fuir les ptérodactyles ??), honteusement triché à cache-cache et scanné tout ce que nous pouvions.
Car oui, dans les outils mis à notre disposition, point de rail-gun (ce n’est pas un FPS) mais un scannerpermettant d’en apprendre un peu plus sur l’environnement et de revoir les animaux croisés dans votre base de données.
D’ailleurs ne nous voilons pas la face, ce qui fera la durée de vie et l’intérêt principal du jeu, ce ne seront pas les énigmes/puzzles mais bien l’environnement et l’immersion, et de ce côté, les équipes de Crytek semblent avoir fait le boulot. La carte est grande sans être immense, mais nous n’avons pas pu vérifier si le jeu était un semi open world ou un couloir avec un beau panorama.
Revenons nous en aux énigmes, celles ci se résoudront grâce à votre scanner qui dispose d’une fonction “Télékinésie”, fort pratique lorsqu’on a 12 ans. Surchargé, il vous permettra de soulever des objets plus lourds.

Une maniabilité héritée de The Climb (autre jeu/demo VR d’escalade de Crytek) rend les premières sensations un peu étranges. Naturellement on s’attendrait à avancer dans le sens de la vision. Il n’en est rien. Le jeu se joue au pad, le stick de droite servant à orienter le sens de la marche, par à-coups. L’impression d’être une tourelle de tank déçoit un tantinet.
De même, impossible de courir et regarder dans une autre direction que devant soi fera ralentir votre avatar.
Crytek justifie ces choix pour le confort du joueur, ayant eu des retours négatifs liés à la désorientation et autres phénomènes de dissonance. De plus, gamepad en main, vous aurez, pour la plupart, plus de facilité à vous dissocier du jeu et ainsi être moins sujet au vertige une fois la session de jeu terminée. Du coup, les sessions seront potentiellement plus longues.
Et puisque nous parlons de temps, Crytek nous promet entre 6 et 8 heures de jeu au total, mais avec immersion on peut tabler sur le double rien qu’en observation/contemplation.

Crytek et la VR

Interrogés sur la vision de Crytek et de la VR en général, point de surprise. Le studio (comme les autres) attend de voir l’ampleur du phénomène et si celui ci s’installe durablement dans nos foyers. Des idées sont en train de germer notamment sur les aspects multi/online.
Pour vous donner une idée Robinson The Journey a été développé en une seule année. Et bien qu’annoncé uniquement sur PS4 à ce jour, il pourrait aller sur d’autres plateformes VR à moyen terme.
Pour conclure disons que Robinson The Journey a tout d’un petit jeu agréable, dans lequel il fera bon se perdre les premières heures, mais il ne semble pas être la claque VR que nous attendons tous et toutes avec impatience.

A voir aussi

VRrOOm Wechat